Église de Savy-Berlette

Notre Dame de Lourdes LArbretL’Église de Savy-Berlette est dédiée à Saint-Martin, évangélisateur des campagnes de la Gaule du Vème siècle. C’est en 1182 que l’on trouve la première mention d’un lieu sacré dans cette commune. Au fil des siècles, l’église de Savy-Berlette connaît une histoire mouvementée. En 1554, en pleine rivalité entre la France et l’Espagne, tout le village fut ravagé par les flammes. En 1571, elle fut reconstruite, mais une nouvelle fois détruite par le feu en 1711 et reconstruite. La nef fut rénovée en 1730 avec une remarquable voûte d’inspiration gothique avec ses sculptures en forme d’étoile. L’église Saint-Martin connaîtra également des travaux importants au XIXème siècle avec le remplacement du chœur et l’agrandissement de la nef. De beaux vitraux illustrent des épisodes de la vie de Saint-Martin tandis que certains sont dédiés à la Vierge. Le clocher de cette église est une haute tour de cinq étages. Il est déjà visible sur les albums de Croy en 1605. Son sommet est garni d’une terrasse crénelée et fortifiée, surmontée d’une flèche ornée de crochets. Ces crochets permettaient d’accueillir les échafaudages. Ils sont sculptés sur le dessous. L’Église est classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques et fait partie du réseau des églises ouvertes.

   

Une recette... un patrimoine culinaire

recetteLa cuisine régionale est riche et savoureuse. Elle se développe le plus souvent autour d’une large gamme de produits du terroir. Voici un exemple de dessert issu de notre patrimoine culinaire et souvent apprécié à l’occasion des fêtes de village: La tarte au libouli.

La tarte au libouli, dont le nom provient de « lait bouilli », est aussi connue sous le nom de tarte à gros bords. Autrefois, en l’absence de moule à tarte, on faisait un gros bord avec la pâte afin que la crème ne coule pas. Traditionnellement elle était préparée en grande quantité lors des fêtes de famille ou des ducasses. D’abord la pâte levée : 300g de farine, 1 œuf, 1 pincée de sel, 15g de sucre en poudre, 110g de beurre ramolli, 15g de levure de boulanger, 12dl de lait. Tamisez la farine dans un saladier, creusez un puits au centre, incorporez-y l’œuf, le sel, le sucre, la moitié du beurre et la levure délayée dans le lait tiède. Travaillez du bout des doigts en incorporant peu à peu la farine aux autres ingrédients. Pétrissez ensuite énergiquement et laissez reposer 30mn. Pétrissez une seconde fois en ajoutant le reste du beurre, couvrez avec un torchon et laissez lever 2 heures. Abaissez la pâte à 3-4mm d’épaisseur et façonnez un bord épais. Laissez reposer 15mn. Puis la crème : 50cl de lait, 3 œufs, 100g de sucre, 1 sachet de sucre vanillé, 50g de farine, 20g de beurre. Faites bouillir le lait et laissez-le tiédir. Battez les œufs avec le sucre en poudre et le sucre vanillé. Ajoutez peu à peu la farine puis le lait. Laissez bouillir le tout dans une casserole sans cesser de remuer. Versez la préparation sur la pâte dans une tourtière. Laissez reposer puis enfournez à 180° pendant 40mn. Votre tarte est prête!

Les autres desserts, plus ou moins connus, comme la tarte au sucre, les gaufres fourrées, le guinse, le taliburne ou encore la flamique sont autant de petits plaisirs sucrés qui émoustillent nos papilles et nous plongent dans notre enfance. Cet héritage culturel, véritable patrimoine culinaire, fait de chacun de nous le garant d’un savoir-faire et d’une tradition! A vos fourneaux et bon appétit!

Bailleulmont

Notre Dame de Lourdes LArbret

« La construction de ce château eut lieu, semble-t-il, au XIème siècle. Cette forteresse fut édifiée près de la chaussée Brunehaut, sur une butte d’où l’on pouvait observer les mouvements des ennemis. Elle consistait en une cour à 3 angles, des épaisses murailles faites en grande partie de pierres taillées avec des soubassement en grès et des tours. Le château fut attaqué à maintes reprises, parfois dévasté et reconstruit plus ou moins complètement. » Un vestige de ce château est toujours visible, vous pouvez le découvrir en empruntant le sentier de randonnée de la Tour. Pour en savoir plus sur le village de Bailleulmont, le livre « Aux sources du Crinchon Bailleulmont, Un village de l’Artois, vient de paraître. Contact : M. Danvin 0.21.58.76.02 ou M. Leger 03.21.48.03.51

Découvrir l’itinéraire du sentier de la Tour...

Vélo-Route - Voie Verte

Notre Dame de Lourdes LArbretLa Voie Verte reliant Dainville à Saulty a été aménagée sur l’ancien chemin de fer qui reliait Arras à Doullens. Cette vélo-route est un itinéraire historique de 17 km réservé aux déplacements non motorisés. Il permet à chaque piéton, cycliste ou personne à mobilité réduite de découvrir le patrimoine local et de profiter de l’environnement qui l’entoure. La voie est équipée de tables de pique-nique, d’appuis-vélo, mais aussi des abris et de points d’eau afin que les promeneurs puissent profiter de la nature. Afin de faciliter l’accès à tous, un fil d’Ariane est mis en place pour guider les personnes en situation de handicap visuel en toute sécurité. Plusieurs parkings facilitent l’accès à la Voie Verte à proximité de Wailly, Beaumetz-les-Loges, Bailleulval, La Herlière/L’Arbret.

   

Temple protestant à Wanquetin

Notre Dame de Lourdes LArbret

Les protestants sont arrivés à Wanquetin entre 1535 et 1540 pour fuir les persécutions d’Arras.

Jusqu’au 19ème siècle, il n’y avaient pas de lieu de culte à Wanquetin bien qu’il y ait une importante communauté protestante. C’est en décembre 1821 qu’une pétition est adressée au préfet du Pas-de-Calais pour autoriser la construction d’une maison de « prière ».

Les travaux débutent en 1822 grâce à une souscription dans le village, au labeur d’ouvrier du bâtiment dans la communauté protestante et au don du terrain par une paroissienne dans la rue du Wetz.

Le Temple fut terminé en 1828 offrant un aspect sobre et simple, un bâtiment sur un plan rectangulaire doté d’une toiture à deux pentes abritant deux espaces distincts : le vestibule et la nef qui est dédiée au culte et au recueillement. La majorité des éléments sont en bois.

En 1850, les protestants représentent un tiers de la population à Wanquetin soit la plus importante du département.

Le 23 mars 1918, une bombe allemande détruisit le temple. L’armée anglaise mit à disposition des prisonniers allemands pour protéger les débris du temple. En 1923, le temple fut reconstruit par l’architecte Jean Lacoste.

Découvrir le sentier de randonnée des Plantis au départ de Wanquetin...