Temple protestant à Wanquetin

Notre Dame de Lourdes LArbret

Les protestants sont arrivés à Wanquetin entre 1535 et 1540 pour fuir les persécutions d’Arras.

Jusqu’au 19ème siècle, il n’y avaient pas de lieu de culte à Wanquetin bien qu’il y ait une importante communauté protestante. C’est en décembre 1821 qu’une pétition est adressée au préfet du Pas-de-Calais pour autoriser la construction d’une maison de « prière ».

Les travaux débutent en 1822 grâce à une souscription dans le village, au labeur d’ouvrier du bâtiment dans la communauté protestante et au don du terrain par une paroissienne dans la rue du Wetz.

Le Temple fut terminé en 1828 offrant un aspect sobre et simple, un bâtiment sur un plan rectangulaire doté d’une toiture à deux pentes abritant deux espaces distincts : le vestibule et la nef qui est dédiée au culte et au recueillement. La majorité des éléments sont en bois.

En 1850, les protestants représentent un tiers de la population à Wanquetin soit la plus importante du département.

Le 23 mars 1918, une bombe allemande détruisit le temple. L’armée anglaise mit à disposition des prisonniers allemands pour protéger les débris du temple. En 1923, le temple fut reconstruit par l’architecte Jean Lacoste.

Pierre Saint-Martin à Penin

photo peninAu pied de l’Église de Penin, se trouve une grosse pierre appelée « La Pierre Saint-Martin ». Une légende est attachée à cette pierre : le cheval de saint Martin, qui fut Évêque de Tours, aurait glissé sur cette pierre et son fer aurait laissé la trace de cette glissade. Le gré fut retrouvé par un agriculteur qui le ramèna dans sa ferme afin de débarrasser son champ. Une fois dans la ferme, les animaux du fermier tombèrent tous malades et moururent. Le fermier pensa que cette pierre était dotée d’un pouvoir surnaturel qui faisait mourir tout son bétail. Il décida de la ramener à l’endroit où il l’avait trouvée. Une chapelle dédiée à saint Martin fut construite à cet emplacement avec la pierre au centre, l'édifice fut détruit en 1685. Suite à un labour profond, en 1972, un agriculteur retrouva de nombreux matériaux de cette chapelle dont la pierre, qui fut ramenée au centre du village.

Outre, cette légende, la pierre serait un « polissoir » de 2 tonnes mesurant 1,20 m sur 80 cm. Elle aurait été utilisée par les hommes de la période du néolithique, premiers agriculteurs et éleveurs. Les marques sur la pierre seraient dues au polissage de leurs outils ou armes. Par la suite, elle aurait pu servir à des cultes druidiques.

A ce jour, cette pierre est visible au pied de l’Église de Penin.

Chapelle Notre Dame de Lourdes à L'Arbret

Notre Dame de Lourdes LArbret

A l’entrée du bois du château de Saulty, sur la commune de Bavincourt l’Arbret, se trouve un petit joyau de pierre : la chapelle Notre-Dame de Lourdes.

Elle fut construite à la fin du XIXème siècle à la demande de Maurice Colin, alors propriétaire du château de Saulty et ancien Maire d’Arras. Les plans ont été dressé par Alexandre Grigny, architecte diocésain arrageois, mais ce dernier décèdera avant l’achèvement de la construction. Il fut l’architecte de nombreux édifices remarquables, notamment à Arras l’hôtel Deusy propriété de la Chambre de Commerce et d’insdustrie et l’église Saint-Géry.

 

La chapelle est de style néogothique éclectique avec des proportions monumentales. Un riche décor sculpté orne l’édifice : gargouilles, culot sculpté en forme de monstre léonin, corniches, pinacles, colonettes, dome octogonal nervuré surmonté d’un lanternon… le tout édifié en pierre blanche sur un soubassement de grès.

 

La chapelle est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1999 en raison de son intérêt au point de vue de l’histoire et de l’histoire de l’art.

 

Chaque année, le jour de l’Assomption, une messe est célébrée à la chapelle.chapelle notre dame

Thièvres

Notre Dame de Lourdes LArbret

Thièvres a pour caractéristique d’être coupé par une limite départementale, on trouve ainsi Thièvres (Somme) à l’Est et Thièvres (Pas-de-Calais) à l’Ouest. Cette limite est matérialisée par la D1 qui est une ancienne voie romaine appelée Chaussée Brunehaut qui reliait Nemetacum (Arras) à Samarobriva (Amiens). Il y a ainsi deux mairies mais une seule église côté Pas-de-Calais. De style néo-gothique en brique, elle fut rebâtie en 1875.
Thièvres héberge également le point de confluence de l’Authie et de la Kilienne avant de se jeter dans la manche à une centaine de kilomètres. Cette vallée est baignée par trois cours d’eau : l’Authie, la Kilienne, et le Ruisseau St Pierre. Pour découvrir Thièvres n’hésitez pas à emprunter le sentier de la Montagne de 8 km.

Pour découvrir l’itinéraire du sentier : https://tourisme.campagnesartois.fr/…/les-sentiers-de-rando…

Habarcq, village de charme

Habarcq villageVillage de charme, Habarcq a su préserver son élégance d'antan. En parcourant les rues et ruelles, le visiteur s'imprègne d'une atmosphère historique évidente. 

Les pierres semblent vouloir témoigner et montrer les stigmates des siècles qui se sont succédés. Ce village de pierre blanche offre aux yeux des visiteurs curieux quelques bijoux d'architecture tels que l'église et le château, protégés au titre des Monuments Historiques, et leur faisant face, une ancienne ferme médiévale entourée de tours massives.

D'anciennes carrières de craie ont été redécouvertes et ont servi de refuge aux populations durant les grands conflits.

Profitez d'un moment de flânerie pour découvrir ce village.